Archives du tag: vieux-lille

Bar Vieux Lille

Retour à l’Est grâce au Kremlin

« Le communisme va à la Pologne comme une selle de cheval de course à une vache laitière » (J.S)

Enseigne KremlinEn vous aventurant à travers les ruelles aussi vieilles qu’étroites du Vieux-Lille, vous tomberez peut-être sur cette étrange façade, à l’angle des rues Doudin et Jean-Jacques Rousseau, entre l’opéra et la Bérézina. C’est ici que se dresse le Kremlin. Loin de ressembler à son colossal homonyme de la place Rouge, le badaud y verra plutôt un petit troquet tel qu’on en croise le long des trottoirs pavés atypiques du Nord.

Façade du Kremlin - Rue Doudin LilleA l’opposé de l’ambiance strass et paillettes (sauf si on fait référence à celles qui embellissent la Goldwasser ou Gdańska wódka, une vodka originaire de Gdansk et qui a la particularité de contenir de petits éclats d’or de 22 ou 23 carats), le Kremlin est réellement un lieu à part, presque hors du temps.

Ici, pas de chichis, ce n’est ni le patron à la mine patibulaire tout droit sorti d’un roman de Dostoïevski ni l’imposant buste de Lénine qui vous mettront à l’aise. Pourtant, dès le pas de porte franchi, on s’y sent bien au Kremlin ! L’habit ne fait pas le moine comme le col Mao ne fait pas le coco, alors ne vous y méprenez pas, ce n’est pas parce que le service se veut sommaire que le patron n’en est pas moins avare en discussions ! Sans fioriture et droit dans les yeux il vous fera voyager avec plaisir par-delà la Volga à travers les anecdotes et références venues de l’Est de vodka en vodka.

Intérieur du bar le Kremlin

Le bar du KremlinGood bye Lénine, bonjour Lille ! Le décor assez imposant nous fait entrer dans un univers soviétique au parfum d’ostalgie, le bar a sans doute été façonné par le marteau et la faucille et le tout est embelli par 30 ans d’accumulation de reliques en tout genre : le résultat est éloquent, on se croirait à Stalingrad, assis sur nos chaises nous pourrions tenir un siège !

« Qu’ils viennent camarades, qu’ils viennent je ne faiblirai pas ! ». Stakhanov de l’apéro ce bar est fait pour toi, car ce qui fait également le charme du Kremlin c’est sa carte, elle le consacre en un véritable temple de la vodka dont la large gamme, plus que l’éthanal, enivrera et déliera les langues. Rendons hommage aux travaux de Mendeleïev, vodka pomme, piment, poivre… majoritairement importées, la qualité est au rendez-vous et qu’importe si je dois y laisser des plumes, un Marx et ça repart ! Les bières russes et polonaises commencent à valser autour de moi mais ma cavalière sera définitivement mon hydromel, la vodka miel! Les cœurs de l’Armée rouge résonnent désormais dans ma poitrine et si ma sentence est de payer une nouvelle tournée et bien comme Soljenitsyne je m’en acquitterais avec philosophie, et telle sera ma pénitence. « Nasdrovia ! ». Me voilà maintenant réchauffé, prêt à affronter l’hiver pour rejoindre ma Petrouchka au rythme du Kazatchok !

Merci à Simon Barelle, nouveau rédacteur du blog, à follower les yeux fermés via @SimonBarelle

Centre Le Lille secret Vieux Lille

Dénicher les symboles Franc-Maçonniques

Vous êtes peut-être passé devant des dizaines de fois sans même le remarquer, pourtant si vous levez un peu la tête au commencement de la rue Thiers (au croisement de la rue Esquermoise) vous pourrez admirer un bâtiment unique en son genre.

Des briques rouges, un faux balcon, des colonnes qui laissent apparaitre un mystérieux couloir à ciel ouvert et une fresque majestueusement dorée  qu’on croirait revenu d’une expédition archéologique égyptienne du  XXème siècle.

Il s’agit de l’un des temples Franc-Maçonnique de la ville (le plus connu vraisemblablement). Ne vous fiez pas donc pas à son couloir ouvert sur l’extérieur (du jamais vu dans le Nord) et sa fenêtre proéminente qui donnent presque l’impression que le bâtiment est accessible. Depuis 20 années que j’arpente le pavé lillois je n’ai jamais vu les rideaux de cet édifice ouvert, ni quelqu’un passer dans ce couloir.

C’est bien connu, les Franc-Maçons cultivent la discrétion, alors il ne vous reste plus qu’a fantasmer sur ce qui se passe derrière ces murs.

L’édifice est protégé et classé monument historique, et l’on pourra noter que son architecte, Albert Baert, a également conçu la piscine de Roubaix (aujourd’hui reconvertie en musée).

Vous pourrez également trouver un symbole Franc-Maçonnique sur la façade de sa maison qui se trouve au 6 rue de Valmy (derrière le Palais des Beaux-Arts) :

Vieux Lille

Être nostalgique de la rue de la Clef

La rue de la clef est l’une des plus ancienne rue de la ville, elle est aussi l’une des plus emblématique du Vieux-Lille. Cette rue particulière a sacrément changé de visage sur ces 10 dernières années, j’ai donc profité de la « journée de la rue de la clef » qui s’est tenu samedi 28 Mai, pour en faire l’inventaire.

L'entrée de la rue de la clef

La journée de la rue de la clef (28 Mars 2011)

Il y à une dizaine d’années, lorsque l’on prononçait son nom, on vous faisait les yeux ronds. Et pour cause, la rue était avant tout renommée pour ses filles de joie que pour ses boutiques. Associée à une mauvaise fréquentation, il ne restera que la jeunesse lilloise pour oser arpenter cet endroit « infréquentable » de Lille.

La journée, la rue de la clef était composée pour moitié de bâtiments délabrés ou murés, l’autre partie étant quant à elle composée de commerces plus originaux les uns que les autres.  Magasins de vinyles, spécialiste de jeux de sociétés, herboristerie, mangas, disques d’occasion, figurines warhammer, librairie de  théâtre, et une salle de jeu en réseau (Net-k) se côtoyaient dans la simplicité et la convivialité. Du côté des boutiques, vous pouviez acheter les plus belles dock martins de l’époque, puis vous balader dans des shops de marques singulières tel que G-Sus ou  Coxwen.

Enfin, cerise sur le gâteau le Bar « le Tribal », un peu crade mais tellement cool, à l’image de cette rue. En quelques années la rue de la clef qui ouvrait les portes du Vieux-Lille, est devenu un point de repère du Lille « underground ».

Ce rapide succès marquera également le début du changement, plus la rue devient cool, plus les loyers en deviennent cher et peu à peu les commerces qui ont fait renaitre la rue, glissent à leur tour la clef sous la porte.

Aujourd’hui, la rue a changé de visage, laissant place à de nombreuses boutiques de grandes marques qui font le bonheur des badauds et des nouveaux touristes de la ville. Parmi ses vestiges, on peut tout de même compter l’association des commerçants de la rue (à l’origine de « la journée de la rue de la clef »), ainsi que quelques irréductibles commerces qui défient la loi du marché.

Rocambole, la librairie des jeux.

Dans cette boutique vous pourrez trouver des jeux de société et de plateau inconnus au bataillon, comme celui-ci par exemple :

 

Dialogue Théâtre  

Avec son énorme masque et sa façade atypique, vous ne pourrez pas louper cette enseigne spécialisée dans les textes de représentation. Si la boutique se destine avant tout à un public averti, elle possède des textes également tous publics. Ils organisent également des performances de « speed acting » de temps en temps, pour plus d’infos, allez jeter un coup d’œil sur leur site (dialogue théâtre).

Vieux Lille

Lille au trésor

Cour des Trois Anguilles

Cour des Trois Anguilles - Vieux Lille

Il y a longtemps que cette idée flotte dans mon esprit, perdu dans un océan de manque de temps.

Voila plus de 20 ans que j’arpente cette ville, que j’en use ses pavés, que je vois son visage changer.
J’ai donc décidé de partager avec vous ma vision de cette ville et de ces endroits uniques semblables à des trésors.

Cachés ou pas, branchés ou un peu bof, touristiques ou inconnus au bataillon, (re)découvrez la capitale des Flandres à travers divers lieux emblématiques.  N’hésitez pas également à me contacter si vous avez des suggestions ou informations pour le blog.

Photo : Martin. B