Archives de la catégorie: Vieux Lille

Vieux Lille [Insolite]

[Insolite] La plus petite maison du Vieux-Lille

Nouvelle catégorie du blog, l’insolite vous présente des clichés pris au détour des rues Lilloises, et qui pour le coup, valent le détour.

Première de la série, cette façade de la rue voltaire qui semble avoir résisté à l’histoire et la modernisation du quartier.

 

La plus petite maison du Vieux-Lille

Si vous aussi vous avez des images insolites des rues de Lille, n’hésitez pas à me les envoyer via la rubrique contact ou sur twitter avec une petite description.

Bar Fives Le Lille secret Restaurant Vieux Lille

Sur les pas des mousquetaires, en buvant de la bière

Vous ne le savez peut-être pas mais d’Artagnan (Mousquetaire héros du récit d’Alexandre Dumas « les Trois mousquetaires ») a vraiment existé, mieux il à même vécu à Lille. Je suis donc parti sur ses traces à travers toute la ville, pour finir étonnamment dans les bars de Lille ! Enquête !

Commençons par le commencement, les faits :

Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan, (qu’on appellera simplement d’Artagnan) était un militaire au service du Roi Louis XIV. D’Avril à Décembre 1672 il sera nommé Gouverneur de Lille en remplacement. C’est à cette époque (5ans après que Lille devienne Française) que la ville se fortifie avec la citadelle, les remparts,etc…

D’Artagnan selon la légende aurait vécu dans plusieurs endroits durant son intérim :

Rue Royale dans ce qui est aujourd’hui l’évêché de Lille (en face de la banque de France)

Evêché de LilleEvêché de Lille 2

Rue Grande Chaussée, l’emplacement actuel de « La botte chantilly » aurait été son hôtel particulier.

La Botte Chantilly - Rue Grand ChausséeLa Botte Chantilly - Appartements

– Dans la Citadelle Vauban, ou il se serait même « querellé » (embrouille du XVIIème siècle)  avec le Vauban en question, ingénieur des fortifications.

Entrée principale de la Citadelle

Photo : Felix Krohn

D’Artagnan n’a donc pas eu la chance d’avoir un quartier à son nom comme son pote Vauban, mais une toute petite (mais belle) rue du quartier de Fives. Cette rue donnant d’ailleurs sur la place Alexandre Dumas.

                         

Les autres traces se rapprochent elles-mêmes plus de la fiction d’Alexandre Dumas, puisqu’il s’agit des Bars le Porthos et le Square d’Aramis situé dans le Vieux-Lille.

Porthos est donc le patronyme d’un des trois mousquetaires, du Roman du même nom (Il y avait Athos, Porthos et Aramis).
L’établissement qui lui rends hommage, se situe au beau milieu de la rue de la monnaie. L’endroit, une pure bâtisse « made in vieux-lille » est mélangé avec audace à une couleur rose omniprésente. L’ambiance est chaleureuse, le service est bon, ils disposent d’une belle carte de vins, des amuses bouches servis avec votre verre, mais que demande le peuple ?
Des petits plats ? Et bien c’est aussi sur la carte !

Pour en revenir à nos mousquetaires, une petite anecdote pour faire le malin quand vous boirez un verre là-bas :  Le symbole du bar représente de façon très abstraite un mousquetaire avec son fleuret  (pas évident au premier coup d’œil).

Vient ensuite le Square d’Aramis, situé non loin de son frère jumeau, au commencement de la Rue Basse. Dans une ambiance rétro assez réussi, il se démarque par sa devanture entièrement ouverte lors des beaux jours.

En vous arrêtant dans ces lieux pour y savourer une bière, vous sentirez, avec un peu de chance, la présence de ces personnages de l’histoire, immortalisés par la légende.

Centre Le Lille secret Vieux Lille

Dénicher les symboles Franc-Maçonniques

Vous êtes peut-être passé devant des dizaines de fois sans même le remarquer, pourtant si vous levez un peu la tête au commencement de la rue Thiers (au croisement de la rue Esquermoise) vous pourrez admirer un bâtiment unique en son genre.

Des briques rouges, un faux balcon, des colonnes qui laissent apparaitre un mystérieux couloir à ciel ouvert et une fresque majestueusement dorée  qu’on croirait revenu d’une expédition archéologique égyptienne du  XXème siècle.

Il s’agit de l’un des temples Franc-Maçonnique de la ville (le plus connu vraisemblablement). Ne vous fiez pas donc pas à son couloir ouvert sur l’extérieur (du jamais vu dans le Nord) et sa fenêtre proéminente qui donnent presque l’impression que le bâtiment est accessible. Depuis 20 années que j’arpente le pavé lillois je n’ai jamais vu les rideaux de cet édifice ouvert, ni quelqu’un passer dans ce couloir.

C’est bien connu, les Franc-Maçons cultivent la discrétion, alors il ne vous reste plus qu’a fantasmer sur ce qui se passe derrière ces murs.

L’édifice est protégé et classé monument historique, et l’on pourra noter que son architecte, Albert Baert, a également conçu la piscine de Roubaix (aujourd’hui reconvertie en musée).

Vous pourrez également trouver un symbole Franc-Maçonnique sur la façade de sa maison qui se trouve au 6 rue de Valmy (derrière le Palais des Beaux-Arts) :

Vieux Lille

Être nostalgique de la rue de la Clef

La rue de la clef est l’une des plus ancienne rue de la ville, elle est aussi l’une des plus emblématique du Vieux-Lille. Cette rue particulière a sacrément changé de visage sur ces 10 dernières années, j’ai donc profité de la « journée de la rue de la clef » qui s’est tenu samedi 28 Mai, pour en faire l’inventaire.

L'entrée de la rue de la clef

La journée de la rue de la clef (28 Mars 2011)

Il y à une dizaine d’années, lorsque l’on prononçait son nom, on vous faisait les yeux ronds. Et pour cause, la rue était avant tout renommée pour ses filles de joie que pour ses boutiques. Associée à une mauvaise fréquentation, il ne restera que la jeunesse lilloise pour oser arpenter cet endroit « infréquentable » de Lille.

La journée, la rue de la clef était composée pour moitié de bâtiments délabrés ou murés, l’autre partie étant quant à elle composée de commerces plus originaux les uns que les autres.  Magasins de vinyles, spécialiste de jeux de sociétés, herboristerie, mangas, disques d’occasion, figurines warhammer, librairie de  théâtre, et une salle de jeu en réseau (Net-k) se côtoyaient dans la simplicité et la convivialité. Du côté des boutiques, vous pouviez acheter les plus belles dock martins de l’époque, puis vous balader dans des shops de marques singulières tel que G-Sus ou  Coxwen.

Enfin, cerise sur le gâteau le Bar « le Tribal », un peu crade mais tellement cool, à l’image de cette rue. En quelques années la rue de la clef qui ouvrait les portes du Vieux-Lille, est devenu un point de repère du Lille « underground ».

Ce rapide succès marquera également le début du changement, plus la rue devient cool, plus les loyers en deviennent cher et peu à peu les commerces qui ont fait renaitre la rue, glissent à leur tour la clef sous la porte.

Aujourd’hui, la rue a changé de visage, laissant place à de nombreuses boutiques de grandes marques qui font le bonheur des badauds et des nouveaux touristes de la ville. Parmi ses vestiges, on peut tout de même compter l’association des commerçants de la rue (à l’origine de « la journée de la rue de la clef »), ainsi que quelques irréductibles commerces qui défient la loi du marché.

Rocambole, la librairie des jeux.

Dans cette boutique vous pourrez trouver des jeux de société et de plateau inconnus au bataillon, comme celui-ci par exemple :

 

Dialogue Théâtre  

Avec son énorme masque et sa façade atypique, vous ne pourrez pas louper cette enseigne spécialisée dans les textes de représentation. Si la boutique se destine avant tout à un public averti, elle possède des textes également tous publics. Ils organisent également des performances de « speed acting » de temps en temps, pour plus d’infos, allez jeter un coup d’œil sur leur site (dialogue théâtre).