Quand De Gaulle renaît dans les rues de Lille

Parmi les personnages les plus célèbres que Lille a vu naître, il y en a un sur lequel il est difficile de faire l’impasse tant il a marqué l’histoire moderne de notre pays. Si son nom est souvent prononcé, son origine Lilloise n’est pas si connue que ça du grand public. Sa maison natale située dans le fin fond du Vieux-Lille était alors l’une des seules traces visible dans la ville.

Jusqu’au jour ou commence à fleurir sur les murs de la ville des collages de son profil. Si nous avons presque tous découvert sa silhouette à travers des archives en noir et blanc, il renaît ici dans une version street art, remasterisée à coups de lettrage et de couleurs acidulées.

Persuadé qu’il existe un lien entre ce projet artistique et Lille, je pars à la recherche du street artiste qui en est à l’origine. En recoupant les pièces de son puzzle disséminées aux quatre coins de la ville, je découvre d’autres formes, d’autres couleurs mais toujours une même signature : MISTER P.

Il partage ce trait commun des street artistes, une discretion, un mystère qui me fascine et qui me donne encore plus envie de lui poser mille questions. Rencontre avec l’un des designers secrets de notre ville.

 

La première fois que j’ai vu la tête de De Gaulle collée sur un mur de Lille c’était en 2011, quand est-ce que le projet Mister P a commencé et a t-il démarré sur Lille ?

Le projet Mister P a démarré en 2008,  par le premier collage du général à la Ciotat dans le sud de la france.

 

A quoi Mister P fait-il référence ?

Mister P n’a aucune connotation en particulier, j’ai juste conservé la première lettre de mon nom de graffeur d’antan.

 

S’agit-il de ton premier projet street art, es-tu passé par le graff avant ? 

Ce n’est pas mon premier projet sreet art, je suis effectivement passé par une longue période de graffiti d’abord accompagné puis seul avant de me tourner vers le street art moins illégal.

 

Pourquoi avoir choisi entre autre le portrait de De Gaulle ? Y a t-il un lien avec le fait qu’il soit originaire de Lille ? 

Oui, tout à fait, c’est en majeure partie la raison pour laquelle j’ai choisi cet icône mais aussi car la propagande de 68 a été une source puissante d’inspiration même si je n’ai pas vécu ces événements, et ça reste pour moi une icône de la résistance malgré les controverses.

 

A t-on une chance de voir un portrait émerger à proximité de sa maison natale, rue Princesse ?

Oui pourquoi pas, j’ai déjà collé aux alentours. C’est tout à fait envisageable, d’autant plus qu’il y a un mur, au croisement de la rue du Beguinage qui m’intéresse beaucoup, d’ailleurs si la ville de Lille veut me faire un petit cadeau je suis preneur pour faire une peinture.

 

Que représentent les autres personnages de mister P (Moustachu à lunettes, moustachu sans lunettes, femme au chapeau) ? 

Ce sont des personnages de mon imagination ou de dessins basés sur des personnes rencontrées lors de voyage… (Moustachu à lunettes rencontré au Portugal). Les « vieilles » affiches, pubs, etc sont aussi des sources d’inspiration pour moi. Je m’intéresse également beaucoup aux effets de mode et prête une grande attention à ce que je vois autour de moi.

PHOTOS

Qu’est-ce qui définirai le mieux le style Mister P ? Les couleurs, le collage, les formes, le dessin ? 

Un style simple, peut-être issu de mon humeur positive d’où les couleurs vives.

 

A travers ce projet quel message veux-tu faire passer ?

Je n’ai pas de messages politiques ni autre, j’exprime parfois mon mécontentement sur certaines choses mais je fais ça par passion c’est ce qui guide mes actes et rythme mon art.

 

A Lille, quels sont tes endroits/surfaces préférés pour poser tes oeuvres?

A Lille, mes endroits de prédilection sont les murs du centre et du vieux Lille, quartier qui bouge et qui accroît donc ma visibilité auprès des passants. J’aime quand je tombe sur des photos de mes collages sur internet (réseaux sociaux…), c’est pour moi une façon de voir que je touche quelques personnes.

 

Que penses-tu du street art à Lille ? Y a t-il d’autres projets qui t’inspirent ?

Pour moi, le street art à Lille n’est pas assez développé. D’ailleurs, je trouve que la ville de Lille déploie trop de moyen pour effacer les marques de nos passages, comparé à des pays où le sreet art est sollicité (Angleterre entre autre). C’est pour cela que j’encourage toute personne voulant travailler dans la rue à le faire.

Tu comptes exposer ton travail dans les mois qui viennent ? 

La première fois que j’exposerais mon travail sera le 27 avril dans le cadre de la biénale d’art urbain à Lille chez l’atelier d’édition populaire d’Alain Buyse (plus d’informations ci-dessous).

 

Peut-on suivre ton travail sur le web ?

Oui, en particulier sur les réseaux sociaux page facebook, instagram, flickr.

 

Article et interview réalisé en avril 2013.
Photos Basile Beaugendre, Mister P. 

2 Commentaires

  • 16 février 2014 - 21 h 30 min | Permalien

    J’avais remarqué dans différentes rues de Lille.
    Sympa d’avoir ces explications ;-)
    Mais je le rejoins, hélas le street art n’est pas très répandu à Lille…

  • 2 août 2014 - 16 h 58 min | Permalien

    Etant de Lille, j’avais déjà remarqué aussi ce phénomène. Je viens, grâce à votre article, de découvrir les réponses à mes questions, merci !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>