L’ombre du pont Napoléon

Si vous êtes déjà passé par l’esplanade vos yeux se sont surement arrêtés sur ces quelques marches d’un escalier qui ne mènent nulle part. Ces pierres nous rappellent que Lille est remplie de trésors d’architectures, parfois restaurés, parfois abandonnés.

Et pour cause ces vestiges sont ceux du Pont Napoléon, construit il y a plus de 200 ans pour célébrer la gloire de l’empire Français. Il amorçait alors une politique d’aménagement de la façade de l’esplanade et du champ de Mars, devenus lieux de divertissements et sorties dominicales. Son architecte, le Lillois Benjamin Joseph Dewarlez, avait conçu un pont de style néo-égyptien tout en tenant compte des particularités du climat de la région, puisqu’il s’agissait du premier pont couvert pour piétons en Europe. L’édifice était alors orné de sphinx, qui eux n’ont pas résisté au passage du temps.

Mais si la partie la plus utile du pont a disparue, ce n’est pas du aux outrages du temps mais à ceux de l’histoire. A la fin de la première guerre mondiale, les allemands en retraite vont dynamiter la passerelle. Ils auront également pris soin auparavant d’effacer les victoires Françaises à leur encontre (ou celles de leurs alliés) sculptées sur chaque faces des quatre colonnes du pont. Ces marques sont encore visibles aujourd’hui.

Les ruines du pont au lendemain de sa destruction


Le pont Napoléon vu du champ de Mars

 

A gauche la victoire d’Austerlitz martelée, à droite la mention de Fleurus est encore intacte

Après la guerre le pont sera reconstruit partiellement pour l’exposition internationale de Lille en 1920. Mais en 1944 il sera à nouveau détruit par les Allemands et restera dans cet état jusqu’à présent. Depuis tous les projets de reconstruction sont eux aussi tombés à l’eau. Cependant un nouveau projet de réaménagement de la citadelle et du champ de Mars est en cours et il inclut la reconstruction/rénovation du pont Napoléon. Même si pour l’instant le projet n’est pas encore concret, il reste le meilleur espoir de voir renaître cet édifice et le divertissement au champ de Mars.

Quant à l’architecte Dewarlez, la plupart de ses autres constructions ont également été détruites, il laissera néanmoins dans son héritage le conservatoire de musique, place du concert.

Un commentaire

  • 22 octobre 2014 - 8 h 56 min | Permalien

    Quel dommage, ce pont avait vraiment su style !
    Notre région (pas qu’à Lille) a vraiment souffert des 2 guerres, heureusement qu’il reste ces vieilles cartes postales ou photos pour nous rappeler de ces magnifiques bâtiments du passé…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>